26/28 oct 2018 Retraite-rencontre CCL et DJ Lille

Nous étions quatre

adhérent.es du groupe Lillois de David et

Jonathan qui avions répondu à l’invitation de la Communauté du Christ Libérateur à participer à sa retraite annuelle organisée à l’abbaye de Maredsous. Grande joie de nous retrouver dans un climat fraternel pour échanger (notamment le soir autour d’une bonne bière de Maredsous !) sur le devenir des uns et des autres, et celui de nos communautés respectives à la fois très proches dans leur esprit et pourtant spécifiques par leur histoire et leur enracinement français ou belge.

L’abbaye de Maredsous est un haut lieu de la spiritualité bénédictine, marquée notamment par l’abbatiat du bienheureux Dom Marmion. Inscrite dans une campagne verdoyante et vallonnée que nous avons pu découvrir lors d’une grande balade pédestre le samedi après midi, c’est d’abord un bâtiment impressionnant par ses dimensions, assez austère, et sans doute un peu démesuré pour le nombre de moines y demeurant actuellement. Mais la chaleur de l’accueil a fait vite oublier cela !

Nous étions bien sûr invités à participer à la liturgie, simple mais recueillie (laudes, eucharistie et vêpres). Nous avons aussi rejoint les moines pour les repas du midi… se déroulant dans l’esprit de la règle de St Benoît qui veut que, l’Abbé représentant le Christ, nul ne commence à manger avant lui, et que tout se passe dans l’ordre et l’humilité. Ce fut apprécié par les uns, un peu moins par les autres, sans doute surpris par ces modalités bien éloignées de nos habitudes actuelles !

La retraite était animée par le Père Nicolas Dayez, ancien abbé du monastère, sur la question « que veut dire : être disciple du Christ ? » En trois topos soigneusement répartis sur le week-end, notre prédicateur nous a dressé, à travers la relecture de plusieurs récits évangéliques, le visage d’un disciple heureux du Christ. Car il s’agit d’être moins dans un « faire quelque chose » ascétique et héroïque, que de se laisser inviter par le Christ (selon cinq modalités possibles !) à faire valoir la meilleure part de nous-mêmes trop souvent enfouie : force de vie que le Christ met à jour et qui nous permet d’incarner, de manière singulière et au quotidien, notre amour de Dieu dans l’amour des personnes. Double invitation qui n’en fait qu’une !

Après chaque intervention académique, nous étions invités à confronter et approfondir en atelier l’enseignement reçu au vu de nos expériences singulières, d’homosexuel.les notamment. Ainsi pouvaient être honorés à la fois le général et le particulier. Ce fut très riche, avec la difficulté incontournable de faire remonter en séance plénière ce qui avait été dit « en je » par chacun.e . Le dimanche après midi, chacun.e a pu s’exprimer au cours d’un temps d’évaluation … suivi de la photo traditionnelle.

Bravo et merci tant au Père Nicolas qu’à nos organisateurs qui ont su si bien doser le théorique et le pratique, le sérieux et la convivialité, le travail et la détente, tout en honorant le spirituel. A renouveler sans modération !

Michel ANQUETIL, David et Jonathan Lille